• D'une merveille impossible de l'univers

     Toute chose minuscule et insignifiante que je sois au sein de l'univers, il m'arrive parfois d'avoir la prétention de penser que j'aimerais le réinventer, ou bien en changer ne serait-ce qu'un ou deux principes. Je m'imagine ainsi que cela pourrait peut-être le rendre un peu plus étrange ou amusant, voire même plus poétique – un peu plus proche de cette fausse étymologie qu'on pourrait lui inventer si on coupait le mot en deux, uni-vers : et l'univers serait le vers uni, le monostiche dans lequel s'harmoniserait la matière existante, la poésie englobant et liant tout élément...

     

     L'expansion de l'univers, par exemple, est un phénomène qui fait que les objets de l'univers ont tendance à s'éloigner les uns des autres à mesure que l'espace de l'univers gonfle. Cela fait qu'il y a de plus en plus de distance entre nous et les étoiles lointaines, et que donc celles-ci sont difficilement observables – explications techniques : c'est parce que d''une part, leur luminosité est inversement proportionnelle au carré de leur distance (une formule magique qui dit que les étoiles très très loin sont très très très très peu lumineuses), et d'autre part, le phénomène de décalage vers le rouge (promis, ce n'est pas un gros mot) dû à l'expansion de l'univers fait que la lumière émise par certaines galaxies lointaines est invisible pour nous. En très très vulgarisé, j'espère n'offenser aucun cosmologue.

     

     Mais s'il n'y avait pas d'expansion de l'univers, si l'univers restait sagement dans son coin au lieu de grandir à tout va, nous pourrions imaginer qu'il serait possible de voir toujours plus d'étoiles dans notre ciel nocturne. En effet, puisque notre univers a 13,8 milliards d'années, notre horizon est limité à 13,8 milliards d'années-lumière, et nous ne pouvons voir que les étoiles qui se trouvent dans ce rayon-là. Suivant cette logique, plus les années passeraient et plus nous verrions notre ciel se consteller d'étoiles : dans 400 000 milliards d'années, nous pourrions voir toutes les étoiles se situant à moins de 413,8 milliards d'années-lumière de nous, et alors, peut-être que ce jour-là il y aurait tellement d'étoiles que le ciel serait blanc la nuit... Le soleil couchant ne laisserait plus place alors à l'encre constellée de la nuit, mais peut-être à un éclat diamantin brillant de toute part, ou à un voile blanc et tendre dans lequel on pourrait distinguer quelques points plus lumineux que d'autres... Qui sait ?

     Dans un tel univers, il serait possible de penser que ceux qui croient voir une lumière blanche au seuil de la mort n'auraient en réalité qu'une vision d'un futur lointain où le ciel serait devenu blanc – peut-être la vision de la dernière nuit de l'univers avant sa fin. A la question Pourquoi le ciel est noir la nuit ?, on pourrait répondre que ce n'est que pour garder un peu de place pour les étoiles à venir, et qu'un jour il serait intégralement peuplé par les astres. Peut-être que ce jour-là, lorsque la nuit brillerait de plus de mille feux, les enfants n'auraient plus besoin de veilleuses, et les cauchemars n'existeraient plus. (Peut-être même que ce jour-là les cieux de jour apparaîtraient fades à côté, et qu'on se mettraient à dormir le jour.) Lors des moments moroses de l'existence, on pourrait se dire qu'inévitablement, le ciel est destiné à s'éclaircir. L'expression nuit blanche ne ferait plus penser aux insomnies mais à des cieux lumineux et permanents. On pourrait pointer les étoiles du doigt sans avoir à plaindre leur solitude, car on saurait que d'autres finiraient par venir les rejoindre dans leur petit coin de ciel. Bien évidemment, dans cet univers, le ciel blanc n'appartiendrait qu'à un avenir lointain, à une temporalité inimaginable. Mais le simple fait de pouvoir le situer dans le domaine des possibles, à coup sûr, rendrait la vie lumineuse.

     

     Je n'ai passé que quelques heures de ma vie à contempler cette image de ciel blanc dans ma tête, avant de savoir que l'expansion de l'univers le rendait impossible, mais la vision m'a fascinée – et aujourd'hui encore, alors que je sais qu'elle est impossible, elle continue de me fasciner. Parfois, quand j'y repense, je me dis que j'aimerais réinventer quelques principes de l'univers, rien que pour la rendre possible... Et je me rappelle que notre univers est déjà doté d'assez bien de poésie pour nous faire rêver (et parfois même imaginer l'impossible), qu'il y a au fond un peu de mauvaise foi à prétendre qu'il manque un ciel blanc à l'univers. Et puis, dans un univers où le ciel serait blanc, combien serions-nous à rêver d'un firmament constellé de seulement quelques étoiles ?

     

     


     

     J'ai choisi de publier cet article dans le cadre d'Eklabugs – si vous ne connaissez pas le projet, je vous invite à aller ici. Voici les liens des autres articles publiés lors de cette session :

    « Le fleuriste du futurPortrait (1) »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 30 Mai à 03:33

    Comme c'est bien écrit, poétique, beau et plein d'autres choses encore. Par contre, quand tu dis "comme j'aimerais réinventer quelques principes de l'univers, rien que pour la rendre possible", à ton avis où est la limite ? qu'est-ce qui t'en empêche ? Comme tu le sais, je ne crois pas à la théorie du big bang, du début et d'une fin, de cette vision linéaire des choses et je ne vais pas chercher à t'en convaincre mais comme argument je te renverrai  à la physique quantique sans entrer dans les détails ici car ce serait bien trop long mais j'ai une sous-rubrique sur la question, si l'envie te prend ou la curiosité... Sinon va voir du côté de Nassim Haramein qui a une jolie philosophie poétique de l'univers qui devrait te plaire pour un physicien quantique. D'ailleurs la physique quantique permet de rêver et de réaliser son potentiel en tant qu'être humain. Il y a un côté mise en pratique possible à son échelle perso. La physique actuelle est plutôt cauchemardesque et fait abstraction de tellement de choses et surtout nous rend impuissants (poussière) ce qui permet à d'autres d'être tout-puissants. La science d'aujourd'hui a remplacé la religion d'hier mais on en est toujours à diaboliser. On ne parle plus d'hérésie mais de théorie du complot ou de fake news. Mais on tue toujours des gens parce qu'ils n'adhère pas à la pensée unique et risquent de contaminer les autres. La vérité n'a pas à avoir peur car elle est. Le mensonge doit sans arrêt protéger ses arrières et se réinventer. Ceci dit je ne pense pas qu'il n'y ait qu'une vérité mais peu importe, il y a quand même une différence entre plusieurs vérités possibles ou co-existant (voir les univers parallèle et la théorie des cordes) et le mensonge qui est une construction délibérement erronée dans un dessein bien particulier. Les vérités seraient comme différents chemins à emprunter ; le mensonge comme une abime (un trou noir qui réduirait l'âme ou l'esprit en spaghetti). Et petite anecdote vu que tu parlais de ciel blanc, savais-tu qu'il existait aussi des "trous blancs" qui seraient comme l'opposé des trous noirs et qui au lieu de tout aspirer, agissent un peu comme des fontaines de lumière et de matière expulsant au lieu de l'aspirer. Peut-être intuitivement, dans ta mémoire cellulaire, ces ciels blancs dont tu rêves ? Quand on parle de la Source (notion assez difficile à expliquer) dont nous sommes tous issus, on imagine souvent une grande lumière blanche. Je ne sais pas, à toi de questionner ton subconscient. En tout cas, c'était un plaisir de lire tes mots. J'espère que tu continueras à participer régulièrement aux sessions, tes articles sont toujours un plaisir à lire.

    2
    Dimanche 10 Juin à 10:11

    Oh j'aime beaucoup ton article! Je n'ai jamais entendu de cette histoire d'étoile qui formerait une nuit blanche, mais j'avoue que l'idée est surprenante et en même temps, elle fait rêver. Je me demande ce que cela rendrait? Un éclat de lumière le temps d'une nuit... En tout cas, comme tu l'as dis au début d'article (et en fin) j'ai trouvé tout ça très poétique, avec un sens que chacun peut personnifier! 

    3
    Lundi 11 Juin à 21:20
    J'adore ton article! Je n'avais jamais imaginé un ciel blanc tant il serait constellé d'étoiles! L'idée que je m'en fais est magnifique. Personnellement j'avoue que je préfère quand même notre ciel noir avec seulement quelques étoiles!
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :