• Fumerolles de pensées

    Fumerolles de pensées, comme celles qui s'évaporent au-dessus d'une tasse de café imaginaire ou qui s'échappent d'une rêverie décaféinée.

  •  Histoire de faire comme si j'étais active et postais des articles...

     

     Noël approche, et l'admin de Webidev (vous savez, le site dont je vous ai parlé y a quelques articles : si vous ne savez pas, allez voir) m'a demandé de l'aider à créer des icônes pour faire une espèce de calendrier de l'avent avec des surprises (la case de chaque jour n'étant pas accessible en un lieu fixe mais apparaissant aléatoirement sur le site, histoire de pimenter le jeu). Comme je n'ai pas masse de temps, j'ai réalisé 44 icônes-minute (c'est-à-dire 8 icônes déclinées en différentes couleurs de Noël), en chopant des motifs sur une banque d'image libre puis en retouchant rapidement à la chaîne. Comme les manip' étaient chaque fois les mêmes, j'ai mis entre 30 secondes et 2 minutes par icône, ce qui me semble plutôt pas mal (après, il y a aussi le temps de trouver les motifs et de les enregistrer). Du coup, c'est assez basique et pas ce qu'il y a de plus beau en la matière, mais je suis quand même plutôt satisfaite...

     

     

     Voilà, ce n'est pas très compliqué à faire et je ne tiens pas particulièrement à ces images, mais comme elles ont été conçues pour un site en particulier, j'ai mis un filigrane.

     Cela dit, rien de bien sorcier si vous voulez reproduire les icônes : il suffit d'ouvrir dans Photofiltre une image de 80x80px à remplir de la couleur souhaitée, et puis un simple « collage spécial » (« masque ») de la deuxième couleur souhaitée, un petit coup de redimension, un peu de flou puis un masque « diapositive », et pouf, le tour est joué. Joyeuse période de l'Avent !


    1 commentaire
  •  Même si je ne suis pas une grande fan des tests de personnalités (à part le MBTI, parce que c'est le test de personnalité connu ; les autres sont en général juste un moyen de perdre son temps en période de révision sans apprendre grand-chose sur soi), cette après-midi j'ai une amie qui m'en a fait passer un en trente secondes et qui m'a bien fait rigoler, alors, voilà. Vous êtes prêts ?

     

     Le test du café (cliquez pour accéder aux résultats)

    Voilà, choisissez votre couleur, puis cliquez pour accéder au verso de la roue !

    (Pour info, le titre qui manque sur la roue des résultats est Intense.)

     

     Moi, je suis puissante et épicée (eh non, je ne suis pas décaféinée ! mais le résultat que j'ai eu me va mieux, je trouve). Ce n'était pas vraiment une couleur dont je suis particulièrement fan, mais je ne sais pas, ça m'a attiré l’œil ; et puis, puissante et épicée, ça sonne bien, j'aime bien (c'est ce que je me dis en me regardant dans le miroir, maintenant : « Décaféine, tu es puissante et épicée. »).

     Pour ceux qui veulent le faire avec la roue du site Carte Noire, c'est ici ! En revanche, les noms sont directement sur les couleurs, donc je vous conseille de vous mettre de loin pour ne pas être influencés par eux et choisir votre couleur avant de lire.

     

     Bon, et sinon, c'est juste pour s'amuser, hein. C'est rigolo de s'appliquer des descriptifs de capsules comme ça, je le referai un jour si je retombe sur une grille de saveurs comme celle-ci. (Et puis, quand même, les descriptions des cafés, ça vend du rêve...)


    5 commentaires
  •  Ceci est la suite d'un article écrit il y a un paquet de temps (cliquez, ça vous emmènera sur l'article en question, au cas où vous ne l'ayez pas encore lu) : normalement, depuis, vous jouez au Jeu, et depuis, vous n'avez plus pensé au Jeu (sauf là, vu que vous venez de tomber sur mon article : du coup, vous avez perdu, ahah).

     C'est un jeu amusant, auquel on ne choisit pas vraiment de jouer, avec lequel on ne peut pas vraiment élaborer de stratégie. On est un peu prisonnier de nous-mêmes, avec ça : ce n'est pas possible d'être acteur de nous-mêmes dans ce jeu. Il n'y a que la possibilité d'être passif et d'espérer ne pas perdre (ce qui ne dépend pas de nous, et dépend à la limite de la bonne volonté de vos amis). C'est ça qui est si frustrant, il est impossible de contrôler quoique ce soit ; c'est à cause de ça, aussi, sans doute, que tant de personnes qualifient le concept de débile.

     En fait, ce n'est peut-être pas vraiment un jeu, puisqu'aucune marge d'action ne nous est prévue. Même lorsque l'on fait l'analogie entre la vie et le jeu, on n'a pas choisi de jouer au jeu de la vie, mais au moins on est libres d'y faire un paquet de choses, voire même d'y mettre fin, tandis que pour le Jeu, on ne peut rien y faire, sinon espérer de ne pas y penser. Et en plus, on y joue toute notre vie (cela dit, on est libre de mettre fin au Jeu en mettant fin à notre vie, mais c'est cher à payer pour mettre fin à un jeu, quand même).

     En tous cas, que ce soit un vrai jeu ou non (qu'est-ce qui définit un jeu ? mmh... je devrais peut-être faire un article sur le sujet, un de ces jours), on peut y gagner et on peut y perdre. Mais y gagne-t-on vraiment, à gagner ? Car après tout, le principe de la victoire, c'est qu'on l'ignore. Quelle est la valeur d'une victoire qu'on ne connait pas et qu'on ne peut de toute façon pas vivre (puisque dès qu'on prend conscience de la victoire, elle disparaît) ? Est-ce vraiment une victoire ?

     Lorsque l'on perd, au contraire, on sait très bien que l'on perd ; et c'est ça qui est frustrant (parce qu'on ne peut s'empêcher de perdre, et qu'on le sait parfaitement : quelque part, le Jeu nous nargue un peu). Mais il n'y a que lorsque l'on perd que l'on est conscient de jouer au Jeu. Au fond, perdre, c'est connaître la réalité et la regarder en face (notre échec avec) : la perte consiste en la prise de conscience. Est-ce que cela ne nous apporte pas plus qu'une victoire dont nous ne pouvons nous prévaloir (puisqu'elle est due à notre inconscience du Jeu, que nous pouvons en tirer aucun mérite, et certainement pas la vivre) ?

     Dans un drôle de retournement de situation, finalement, on pourrait se demander s'il ne serait pas mieux de perdre que de gagner. Mais penser tout le temps au Jeu n'a pas de sens non plus ; et il y a quelque chose d'un peu plus fade à concevoir un jeu dont le but serait d'y penser... Alors la saveur de la chose réside dans le fait de perdre, assurément (mais de l'assumer !). Rien n'est jamais donné, la conscience se paye...

     Et puis, j'aurais pu conclure mon article là, mais il y a une dernière réflexion que j'aimerais bien poser, tout de même. Parfois, il m'est arrivé de penser au Jeu comme à la mort : car pour les deux, on a l'impression d'y perdre en y pensant ; penser à la mort c'est penser au vide, c'est se retrouver réduit au petit bout de notre existence condamnée dès sa première seconde de vie à finir en néant. Penser à la mort, c'est négatif ; penser à la mort, c'est perdre. (Et puis, ça revient toujours, cette petite idée de la mort, on ne s'en débarrasse jamais, c'est comme s'il était nécessaire de penser de temps en temps C'est vrai, un jour je mourrai – ce qui ne veut pas dire pour autant qu'on l'ait réalisé pleinement, cela dit.) Tant que l'on vit sans penser à la mort, on gagne, on est vivants, sans peur, on profite. Mais au détriment de la conscience : il n'y a que lorsque l'on pense à la mort que l'on est conscient-e (écriture inclusive, bonjour*) de la vie... Penser à la mort, c'est gagner en sagesse, c'est aussi s'habituer à l'idée de mourir un jour, c'est mettre en perspective sa vie, c'est en tirer les conséquences. Si penser à la mort, c'est perdre, c'est une perte bien intéressante. On finit par tomber dans l'éternel cliché de l'inconscience joyeuse et du savoir malheureux (que j'ai tendance à considérer comme faux, cela dit en passant). Que vaut-il mieux ?

     Enfin. Cela fait quand même une sacrée réflexion, pour un jeu débile qui n'a sûrement été créé que dans le but de frustrer ceux qui y jouent. Mais ça me console un peu de penser tout ça, quand je perds. Je me fais l'illusion que ce n'est plus si grave, de perdre...

     

     *oui, donc, aucun rapport, mais j'essaye de me mettre à l'utilisation de l'écriture inclusive. Avant, je n'y pensais pas, mais là, ces derniers temps, j'ai amorcé une réflexion sur le sujet (a priori, je suis pour, mais il faut quand même que je creuse le sujet) ; et en attendant, je l'utilise.


    votre commentaire
  •  En fouillant un vieil historique de conversation, je suis retombée sur quelques photos de couchers de soleil. Il faut dire que mes parents habitent en haut d'un immeuble aux fenêtres orientées plein ouest, et que pendant des années, tous les soirs j'ai eu le droit à de véritables éclats de couleurs et spectacles vespéraux. Je dois avoir des dizaines, peut-être des centaines de photos de ces couchers de soleil perdues dans mes archives : à chaque fois, c'est tellement beau que j'ai envie d'immortaliser l'instant (mais ça ne marche jamais, aucune photo, aussi belle soit-elle, n'est à la hauteur de la réalité crépusculaire).

     J'adore les coucher de soleil, le ciel et ses couleurs m'ont toujours fascinée. Rien n'est plus inspirant et reposant que de les regarder (et ça a longtemps composé quasiment l'intégralité de mes fameuses pauses-café-sans-café).

     

     Enfin, à défaut de poster des dizaines de photos ici, voici les trois que j'ai retrouvées dans mon historique (garanties sans retouches) :

     

     

     

     

     

     

     (C'est la dernière qui me fait penser au dernier vers d'Harmonie du soir de Baudelaire.)


    3 commentaires
  •  Quand j'ai eu onze ans, j'ai découvert Webidev. Webidev c'était génial, parce que ça permettait de créer des "sites d'élevage" assez facilement, et surtout, de laisser libre cours à notre imagination grâce aux multiples possibilités de la plateforme (en fait, on ne faisait pas que des jeux d'élevage, mais aussi des jeux tout court, des histoires, des RPG, des forums d'écriture, etc.). Avec Webidev, j'ai appris à maîtriser un peu Photofiltre, à faire des jolis designs, j'ai découvert les bases du codage (le principe des balises, des IFs, des algorithmes, etc.). J'ai rencontré plein de gens formidables avec qui je suis devenue très proche, au fil des années. J'ai passé des moments géniaux. J'ai grandi. Contrairement à pas mal de membres actifs de la communauté, je ne me suis pas dirigée vers l'informatique, le multimédia, ou les études en rapport avec Internet. Mais quand même : ça m'a apporté énormément, à beaucoup de points de vue. Franchement, aujourd'hui, si je n'avais pas connu Webidev, je ne serais pas du tout la même, je n'aurais pas du tout le même rapport au monde et aux gens, et surtout je n'aurais pas du tout le même rapport à Internet (même, très probablement je ne serais pas ici).

     Grâce à Webidev, j'ai pu créer des tas de choses, sans me prendre la tête, et sans m'en rendre compte j'ai beaucoup appris sur la programmation (ça m'a même aidé quand on a commencé à travailler les algorithmes en maths au lycée) et en terme de graphisme.

     Aujourd'hui, je n'ai plus vraiment le temps de développer des sites sur la V2 (deuxième version) de Webidev (plus haut vous avez le lien de la V1 qui n'est plus corrigée, tandis que la V2, développée par un nouvel administrateur, est amenée à évoluer et à proposer plein de nouvelles possibilités et tout, bref, c'est déjà top, et ça va l'être de plus en plus avec le temps), mais j'essaye d'y passer de temps en temps pour voir ce que ça donne. Alors, autant au niveau de la communauté, ça bouge pas beaucoup pour l'instant (faut dire que le site en est à ses débuts), autant au niveau de la plateforme, ça gère. Donc voilà, je me permets mon petit coup de pub, rédigé à la va-vite en 5 minutes : si vous voulez créez votre site sans savoir programmer, allez sur Webidev, et si vous connaissez de jeunes enfants qui s'amusent à créer des trucs, envoyez-les sur Webidev, ils apprendront plein de trucs (c'est pour leur bien, c'est mieux que de jouer aux jeux vidéos ou la télé !).

     

     

    (Oui, j'ai fait mieux en terme d'articles. Mais que voulez-vous, ce qui compte ce n'est pas ce que j'y dis ici, c'est Webidev.)


    4 commentaires
  •  

     Parmi l'une des évolutions plaisantes du langages, il y a celle de l'expression ne t'inquiète pas, qui était même à la base ne t'inquiète, puisque la négation était exprimée avec la particule ne.

     Evidemment, par la suite, à cette particule s'est ajouté le pas, pour marquer encore la négation, ce qui a donc donné ne t'inquiète pas ; mais comme plus on parle et plus on a tendance à supprimer ce qui est inutile (pensez au s d'hôpital qui a été mangé par l'oralité, quand l'hospitalité a gardé le sien, parce qu'il s'agit d'un mot moins courant...), notre ne t'inquiète pas s'est vite transformé en t'inquiète pas (le ne finira un jour par (n')être plus qu'un lointain souvenir, pauvre de lui).

     Puis, par évolution encore, souci de rapidité (la langue adore faire des raccourcis), le pas a disparu, si bien que maintenant on ne dit plus que t'inquiète !. Finalement, il n'y a plus aucune trace de négation*, ce qui fait que notre T'inquiète actuel signifie en réalité littéralement : inquiète-toi !

     

     Cet exemple de l'évolution de la langue me fait toujours sourire, quand j'y pense, ou quand je l'entends. Mais pour autant, je ne m'inquiète pas...

     

    * Bon, en fait, avec un impératif dont le COD est un pronom, le pronom est après le verbe en cas de proposition positive (inquiète-toi, le toi est après le verbe), et avant le verbe en cas de proposition négative (ne t'inquiète pas, le t' est avant le verbe). Donc on peut considérer que l'ordre des mots de la proposition constitue une trace de cette négation. Mais quand même...


    2 commentaires
  •  Je demande pardon d'avance aux brocolis que je m'apprête à offenser dans mon article. Ce n'est pas que je ne vous aime pas, mais je vous préfère loin de mon assiette. Puis c'est pas cool d'être mangé, hein ? Gentils brocolis, soyons amis. C'est mal, de manger ses amis.

     Je demande pardon d'avance aussi aux croyants et amateurs de brocolis susceptibles qui vivront mal la lecture de cet article.

     

     Mesdames et Messieurs, vous qui cherchez le sens de la vie, et désespérez de penser que c'est trop compliqué, la vie, et que de toute façon elle est absurde et vaine, et que c'est vraiment de la merde, laissez-moi vous proposer un petit jeu d'imagination.

     

     Imaginez Dieu. Imaginez que Dieu est tout seul parce qu'il n'a pas encore créé le monde.

     Jusque-là, ça va, rien de très nouveau. Maintenant, imaginez que Dieu est un brocoli. Oui, un brocoli tout vert et tout dégueu (là, je parle du goût : désolée pour les amateurs de brocolis, et désolée pour les croyants pour qui c'est carrément blasphématoire d'avoir ces considérations sur Dieu). Pour ceux qui trouvent ça chelou, réfléchissez un peu : le brocoli a quand même une forme beaucoup plus naturelle qu'un être humain. C'est une espèce de jaillissement vert, de tronc qui s'élance vers des branches qui elles-mêmes débouchent sur des petites sphères vertes. C'est esthétique, au fond, un brocoli, à défaut d'être bon (toutes mes excuses pour les amateurs de brocolis, encore une fois). On pourrait modéliser des brocolis avec des fractales. Pourrait-on modéliser un être humain avec des fractales ? Je ne pense pas. Un être humain ne possède pas la même symétrie esthétique qu'un brocoli, il faut l'admettre : et bien que j'apprécie l'esthétique d'un corps humain (voyez-vous, je suis humaine), je suis obligée de reconnaître que dans l'absolu, le brocoli est une forme plus naturelle. (Et à choisir, je préfère manger du brocoli que de l'humain.)

     Dieu est un brocoli, donc. Maintenant, imaginons que notre Brocoli divin se mette à créer le monde. Pouf, l'univers, le système solaire, la Terre, l'eau, les plantes (les arbres ressemblent un peu à Dieu, quand on y pense), puis même des brocolis, ces plantes divines à l'image de Dieu. Il y a aussi les animaux et les humains, ces trucs grands et bizarres et même pas verts mais qui vont développer une sorte d'intelligence. Si on passe tout ça en accéléré, on se retrouve directement au moment où vous râlez, et où vous dites « Putain, de toute façon, ça me casse les couilles, la vie c'est trop compliqué, ça a pas de sens, c'est absurde, c'est vain, et c'est vraiment de la merde » (en substance).

     Ah oui mais non ! Vous oubliez que Dieu existe, et que Dieu est un Brocoli (majuscule parce qu'on respecte les brocolis, ces choses divines et pas moins dégueulasses). Il faut donc que toutes les créatures sur Terre tentent de se rapprocher de Lui pour surpasser leur misérable condition et s'élever vers la spiritualité divine : autrement dit, pour cela, il faut... Manger des brocolis (pour ingérer une substance divine qui vous rapprochera de Lui) ! Eh oui. Vous râliez parce que la vie n'a aucun sens ? Eh bien maintenant, elle en a un : à vos brocolis.

     

     

     Sceptiques ? J'ai peut-être été un peu vite dans ma démonstration, c'est vrai. Il n'empêche que manger des brocolis est quelque chose de beaucoup plus naturel que faire le Bien : autant il est difficile de s'accorder sur la nature du Bien (ce qui présume encore que le Bien en soi existe : encore faudrait-il le prouver), et tout un tas de philosophes et théologiens et autres humains se sont entre-déchirés dessus ; autant même une vache trouvera naturel de manger un brocoli et le fera spontanément. (Oui, Dieu est cool, il donne un sens très simple à votre vie, et ni très compliqué à trouver, ni très compliqué à réaliser. En plus, avec ça, vous faites le plein de vitamines.)

     

     Mais, Décaféine, puisque manger des brocolis est le but de toute créature sur Terre, pourquoi est-ce que ça nous paraît si dégueu ?

     Parce que ce ne serait pas drôle, si c'était évident ! Pour que vous prouviez votre courage et votre valeur, il faut que vous affrontiez des difficultés (ici : le goût du brocoli) !

     

     Non, et surtout, parce que je vous ai raconté n'importe quoi. Ahah. (Quoi, vous vous en doutiez ? Vous n'êtes pas drôles.) La vérité, c'est qu'on ne sait pas quel est le sens de la vie. On n'a pas réussi à se mettre d'accord dessus, entre humains, et de toute façon, quand bien même on aurait été d'accord, ça n'aurait pas forcément voulu dire qu'on avait raison. Donc, rassurez-vous : pas besoin de manger des brocolis au dîner ce soir, vous avez toute mon approbation pour vous gaver de pizzas (avec ou sans ananas : je ne rentrerai pas dans le débat).

     On ne connaît pas le sens de la vie. Mais tant mieux ! Vous vous rendez compte, si on connaissait le sens de la vie, on se sentirait obligé d'agir en conséquence et de se gaver de brocolis : la misère !

     Mais, Décaféine, on pourrait aussi imaginer que Dieu est un carré de chocolat, et là, la vie serait bien plus chouette ! (Oui, je suis parano et je vous imagine me contredire à tout va, mais chut. C'est aussi pour faire avancer mon article.) Alors, déjà, le chocolat est un produit fabriqué par l'humain, et il est beaucoup moins naturel qu'un brocoli, donc ce serait plus difficile à justifier que le brocoli. Mais comme je suis une grande âme, imaginons que Dieu est un Carré de Chocolat. Eh bien, figurez-vous que ça revient au même (n'en déplaise à vos papilles) : brocoli ou chocolat, si le but de notre vie c'est d'en manger, ce n'est pas drôle. (Ne serait-ce que parce que vous finiriez par être écœurés, à force d'en manger matin midi et soir.) Dans un cas comme dans l'autre, il y a forcément des gens qui n'aiment pas ça (si, si, je connais des gens qui n'aiment pas le chocolat : je prie chaque jour pour leurs pauvres âmes). Pour ces personnes, c'est triste : le but de leur vie c'est de faire un truc qu'elles n'aiment pas. Et puis quand même, c'est triste, toute notre vie serait une espèce de grand contrôle où plus on mange des brocolis (ou du chocolat, dépend de l'hypothèse que vous avez choisie), plus on réussit. Vous imaginez la pression ? Constamment vous sauriez à quel point vous êtes dans l'échec.

     

     Eh puis, puisque le sens de la vie est si simple, ça ne vaut plus la peine qu'on s'interroge dessus. Gavons-nous de brocolis – et passons donc à côté de plein d'autres choses intéressantes, de réflexions, de remises en question, de découvertes.

      Car la vie a peut-être un sens, mais tout du moins nous ne le connaissons pas : et c'est tant mieux. Ça nous laisse la possibilité de se poser des questions sans y trouver de réponses immédiates, et donc de chercher. De penser trouver des réponses. De se rendre compte qu'on s'est trompé. De se remettre en question. De découvrir des choses, aussi, en passant.

     Ne pas savoir le sens de la vie, c'est être forcé d'agir comme si elle n'en avait pas. Et donc, d'être libre de choisir ce qui fait sens pour nous. Car vous êtes libres de manger des brocolis ou de n'en pas manger, mais ce sera votre choix à vous, issu de vos convictions (ou de la cantine, pour les plus misérables d'entre vous). Puisque la vie n'a pas de sens, trouvez le vôtre, trouvez celui que vous aimeriez qu'elle ait. Croyez-moi, c'est beaucoup plus plaisant que de manger des brocolis. Plus difficile, moins évident, peut-être : mais là, sans doute, est le plaisir.

     Donc, si on reprend à partir du moment où vous dites « Putain de bordel de merde, de toute façon la vie n’a aucun sens, c’est de la merde, j’en ai marre, ça me casse les couilles ! » (oui, vous êtes très vulgaires), voilà ce que je pourrais vous répondre : mais oui, la vie n'a aucun sens ! Mais c'est quand même mieux, non ? Imagine que le sens de ta vie soit de faire un truc pour lequel tu n'es pas doué-e, ou que tu n'aimes pas ! Là, c'est à toi de trouver son sens, à la vie... C'est pas mieux comme ça ?

     

     N'en déplaise aux brocolis, qui un instant furent l'incarnation de Dieu, Dieu n'est probablement pas un Brocoli – Dieu peut-être n'existe même pas (mais ça, ça relève de vos croyances personnelles, et ce n'est pas le sujet). Manger des brocolis n'est donc pas le sens de notre vie, et c'est tant mieux ; car la vie n'a pas de sens (ou tout du moins, comme nous n'en connaissons pas le sens, nous devons considérer qu'elle n'en a pas), et ça aussi, c'est tant mieux.

     Car la vie n'a pas de sens : elle en a donc un, celui de le trouver.


    2 commentaires
  •  En réalité, ce n'est pas de cette affaire en particulier dont je veux parler, mais puisqu'elle est venue s'ajouter à une réflexion que j'avais déjà commencée il y a un certain temps, je vais partir de là : cette histoire d'un adulte de 28 ans, jugé pour « atteinte sexuelle sur mineur » plutôt que pour « viol » (sur une fille de 11 ans)(Voilà, vous avez un lien vers l'article du Monde. Si vous préférez d'autres sources d'information, il vous suffira juste de taper « Sarah 11 ans » sur Google, vous tomberez sur pléthore d'articles.)

     Inutile de préciser et pourtant je le fais, je sais que cette histoire me révolte. Bien évidemment, je n'ai pas tous les éléments du dossier en main, et il va de soi que l'inculpé a le droit à un procès juste et équitable, dans lequel il peut défendre ses intérêts (rappelons que c'est un des principes de la démocratie).

     Néanmoins, il me semble ici que la qualification de « viol » est appropriée, puisque l'ascendant moral (établi par l'âge de l'homme par rapport à la fille) crée une contrainte psychologique dont il est difficile de se dégager (édit : c'est même écrit dans le Code Pénal, en fait). En outre, le premier acte sexuel ayant été fait dans un ascenseur, on peut considérer qu'il s'agit d'un lieu clos ne permettant pas la fuite, et qui contribue donc à l'exercice de la contrainte psychologique ; dans la liste des (nombreux) arguments démontrant qu'il s'agit plutôt d'un viol, ajoutons aussi que la fille était sûrement tétanisée et qu'elle n'a pas su réagir, ce qui est courant chez les victimes de viol – et c'était là mon dernier argument, car la liste est longue. Enfin, qu'importe. Il n'y a pas eu de refus explicite de la fille, et donc elle est considérée comme consentante, et par conséquent il n'y a pas eu de viol, voilà où l'affaire en est, actuellement.

     

     Cette affaire soulève un certain nombre de problèmes qu'on n'a certainement pas fini d'évoquer. Le fait de considérer qu'ici il n'y a pas eu de contrainte exercée, de ne pas prendre en compte l'état psychologique d'une personne qui subit un viol,  de penser qu'une personne qui est sexuellement mineure peut donner un consentement éclairé, etc. Mais à vrai dire, ce qui me pose problème (et j'en viens au cœur de l'article), c'est que tout repose sur la notion de consentement, considéré ici comme l'absence d'un refus (vous savez : qui ne dit mot consent). Le consentement est ici défini négativement, puisqu'il s'agit d'une absence de refus : autrement dit, par défaut, il est présent – puisqu'il est présent tant qu'il n'y a pas de refus explicitement exprimé.

     Un autre problème du mot consentement réside aussi dans son usage, dans le sens courant qu'on lui donne : on peut très bien dire qu'une personne consent à quelque chose qu'elle ne désire pas vraiment. Je ne suis vraiment pas pour la réalisation de ce projet, mais puisque tu insistes, bon, j'y consens. Le consentement peut donc aussi inclure la concession, et même, souvent, il sous-entend qu'il y a eu concession : on sent bien que consentir est plus passif et même beaucoup plus faible que vouloir, qu'il n'implique pas de vouloir, que parfois même il va à l'encontre de ce qui est voulu. Ce n'est pas vraiment ce que je veux, mais bon, dans l'absolu, je ne suis pas 100% contre ; bon, j'y consens. Dans ce cas-là, il n'y a pas de réelle envie de la part de la personne qui consent, mais pourtant, elle consent. Maintenant, dans un contexte juridico-sexuel, est-ce qu'il y a aussi cette notion de concession sous-entendue derrière le terme de consentement ? Peut-on dire d'une personne qui n'a pas vraiment envie de réaliser un acte sexuel mais le fait quand même pour une raison ou pour une autre (envie d'échapper aux représailles par exemple...) qu'elle est consentante ?

     C'est de ce terme de consentement, à mon avis, que découlent toutes ces histoires qui révoltent les gens, ces histoires où on parle du consentement présumé d'une victime d'agression sexuelle. Le consentement est présumé, puisqu'il y a absence de preuve de refus explicite : il est donc par défaut présumé, et la victime doit donc prouver qu'il y a eu tentative de refus. Alors, peut-être qu'au lieu d'essayer de prouver à chaque fois qu'il n'y avait pas consentement, il faudrait changer de terme. Plutôt que de parler de consentement, parlons de désir. Avec le mot désir, il n'y a plus ce flou du consentement : le désir n'est jamais que positif, ne pas dire que je ne désire pas, ce n'est pas montrer que je désire. Qui ne dit mot ne désire pas pour autant. Le désir doit être exprimé, affirmé, pour qu'on puisse établir qu'il était présent. Il ne peut jamais être présumé. Pire : si je ne désire pas, rien ne peut me pousser à désirer (je peux tout au plus désirer de désirer, mais navrée, cette salade verte je ne la désire pas, et moi-même je n'y peux rien).

     Une relation sexuelle saine ne se déroule dès lors plus entre des personnes conscientes et consentantes, mais entre des personnes conscientes et désirantes. (Le sexe n'est-il pas avant tout une histoire de désir ?)

     Et ainsi, quand bien même on peut arguer (d'une façon plus ou moins douteuse) qu'il y a consentement (c'est-à-dire absence de refus), on peut moins facilement dire que la victime d'agression sexuelle manifestait du désir...

     

     Je m'arrête ici pour cet article : ce n'est donc qu'une ébauche de réflexion. De toute façon, comme je l'ai dit plus haut, je n'ai pas de connaissances juridiques, je ne maîtrise sans doute pas tout à fait la notion de consentement, et probablement je n'ai pas pensé à toutes les implications de la notion de désir que je propose. Mais vraiment, je pense qu'il serait parfois plus approprié de parler de désir, plutôt que de consentement – et tout du moins, le sujet mérite qu'on s'y penche.


    votre commentaire
  •  C'est en 2005 qu'on fit les premières observations de la planète naine Éris, que vous ne connaissez peut-être pas parce qu'elle a le tort de n'être qu'une planète naine (autrement dit, elle n'en impose pas assez pour être seule sur son orbite, donc ce n'est pas une vraie planète... On dit que la taille ne compte pas, mais quand même). Branle-bras de combat chez les astrophysiciens qui ont beau avoir la tête dans les étoiles, mais sont bien conscients qu'on ne peut pas demander aux petits écoliers d'apprendre les noms de centaines de planètes : or, cette découverte amène à penser qu'il y a des centaines d'autres objets de taille semblable dans le Système Solaire, qu'on devrait alors aussi qualifier de planètes, justice oblige (Éris étant plus grande que Pluton).

     C'est ainsi que surgit, par surprise, la question suivante, lors d'un congrès de l'Union Internationale d'Astrophysique à Prague : qu'est-ce qu'une planète ? Et, allant avec cette question de définition, celle-là : Pluton est-elle encore une planète ? (Pluton n'a pas cessé d'être une planète : elle ne l'a jamais été. La définition étant pensée pour être intemporelle, elle vaut rétrospectivement. Aussi la phrase « Pluton était une planète » est fausse, il faut penser « Pluton était considérée comme une planète ».)

     Comme on sait, la question affola beaucoup les gens qui avaient appris qu'il y avait neuf planètes et se rendaient compte que désormais c'était huit, et les Américains, dont Pluton était la seule planète dont ils pouvaient se targuer de la découverte. Ce qui n'empêcha pas la sentence de tomber : huit planètes, et Pluton, Éris et tous leurs semblables seraient des avortons de planètes planètes naines, mais n'auraient pas le statut de vraie planète (toutes mes condoléances pour les fervents défenseurs de l'amendement 13b).

     Pauvre Pluton, pas vrai ? Rejetée au fin fond des ténèbres du Système Solaire, exclue du cercle des dieux... Eh, attendez. Ça ne vous dit rien ? Pluton, ou pluton plutôt Hadès dans la mythologie grecque, alias le dieu qui doit rester aux Enfers et par conséquent est rejeté du Cercle des Olympiens. Drôle de coïncidence...

     Si vous êtes curieux, vous pouvez aussi chercher l'histoire d'Éris dans la mythologie grecque. Vous trouverez alors que c'était la Déesse de la Discorde qui causa même la guerre de Troie. Tiens, tiens... Les noms augurent parfois bien des choses.


    2 commentaires