• Lisez les versions originales

     De temps en temps, j’essaye d’explorer Eklablog, pour comprendre un peu comment fonctionne la communauté. J’ai visité quelques profils et blogs, dont la plupart parlaient de dessins et de mangas le tout entrecoupé de fautes d’orthographes – mais mes statistiques sur les blogs que j’ai visités ne sont pas le sujet du jour. Je suis tombée, à deux reprises, sur des profils qui m’ont laissée perplexe (je ne mettrai pas de lien parce que c'est trop casse-pieds de faire ça sur portable, et que de toute façon les intéressés ont rectifié leur erreur).

     Le premier, donc, commençait par cette phrase fabuleuse : « And can the fate be to you favorable ! », ce qui est absolument ignoble pour quiconque parle un peu anglais (pour les non-anglicistes, en français, ça donnerait : « Et peut la destinée être pour toi favorable ! »).

     Le second, quant à lui, se contentait d’affirmer avoir la réponse à « Pourquoi un corbeau ressemble à un bureau ? » (une fameuse devinette dont personne ne connaît la réponse, dans Alice au Pays des Merveilles de Lewis Carroll : c’est mon livre préféré, juste après De l’Autre Côté du Miroir, qui constitue une suite au premier) : la solution résiderait dans le fait que les deux mots riment.

     

     Présenté comme ça, on n’a pas l’impression que les deux se ressemblent pour un sou : mais en fait, les deux font référence à des œuvres littéraires écrites en anglais. Et les deux ont manifestement lu la version française de ces œuvres – ce que je ne leur reproche pas, parce que ce n’est pas facile de sauter le cap et de lire en langue originale. Néanmoins, en tant que les deux avaient tort, j’ai été agacée (c’est mon penchant élitiste-intolérant qui ressort).

     

     « And can the fate be to you favorable ! » C’est dégueulasse comme traduction, et on dirait fort du Google Traduction. Traduire une phrase d’une langue à un autre, ce n’est pas appliquer bêtement les mots qui correspondent (ou plutôt pourraient correspondre), et hop, c’est bon. Quand on passe d’une langue à une autre, on entre dans un autre système de pensée, avec des mots qui ont d’autres résonances (même si de nombreuses résonances se retrouvent d’une langue à l’autre, ce n’est en général pas le cas). Et on formule les choses différemment. On ne traduira pas « Gryffondor » en français par « Clawongold » [Griffe-on-or] en anglais. En anglais, c’est « Gryffindor ». En traduisant en français on a quasiment gardé le même mot, parce que le mot fait écho chez nous aussi, et que la sonorité est importante. Si vous voulez avoir l’air stylé en parlant anglais, vous direz « Gryffindor », et pas « Clawongold », parce que tout bêtement, c’est con de jouer au téléphone arabe quand on peut, en cherchant rapidement sur Internet, retrouver la version originale de la chose. Donc, pour information, pour dire « Et puisse le sort vous être favorable » en version originale, on dira « May the odd be ever in your favour ! » (vous noterez la rime en ever/favour).

     

     En ce qui concerne le corbeau et le bureau, c’est plus subtil. A première vue, ça fait sens. Mais là encore, problème : nous nous situons dans une traduction (laquelle, je ne sais pas, je crois qu’elles ont toutes traduit la devinette ainsi ; mais il y a beaucoup de traductions, et pour une œuvre comme celle-ci, la traduction change tout ; aussi j’en profite pour défendre ma préférée : lisez la traduction de Henri Parisot, c’est l’originale et la meilleure ! Et évitez à tout prix celle de Jacques Papy). La véritable version de la devinette, c’est : « Why is a raven like a writing-desk ? » (et j’ai vérifié, parce que ça m’a fait douter, rah). Aucune rime, comme vous pouvez le constater. L’erreur venait donc, ici, que la personne s’était permis d’analyser la devinette à la fois sur le fond et sur la forme, sans prendre en compte qu’il s’agissait d’une traduction, et non d’une version originale. (Pour la réponse à la devinette : la théorie la plus répandue dit que c’est parce que les deux ont des plumes, mais il se peut fort que la devinette n’ait tout simplement pas eu vocation à être résolue.)

     

     (Bon. Je ne blâme personne, hein. Moi aussi, dans ma jeunesse, j’ai fait des ignominies (j’écrivais « dilemne », avant). Ça arrive à tout le monde. Mais j’en profite pour placer un message de prévention : si vous aimez une œuvre, renseignez-vous sur sa version originale. Vous ne parlez peut-être pas la langue originale couramment, mais vous pouvez tout de même essayer de jeter un œil (surtout si vous connaissez déjà la traduction, ça fait vraiment progresser : si j’ai un aussi bon niveau en anglais, c’est grâce à Harry Potter), pour essayer (et puis c’est cool, quand on lit Harry Potter en anglais, de voir Ron demander à Lavande : « I’d like to see Uranus, too ! » [J’aimerais voir Uranus/ton anus, aussi !]). Même si c’est juste pour vous renseigner sur quelques mots, noms, expressions, et pas pour lire le livre en entier, non seulement ça pourra vous éviter des erreurs, mais en plus vous apprendrez des trucs. Une langue, ça ne s’apprend pas qu’au vocabulaire (et croyez bien que quand j’ai lu Harry Potter, je n’ai pas cherché TOUS les mots inconnus que je croisais !), ça s’apprend aussi par imprégnation.

     (On dirait que je vous fais la morale, là, mais pas du tout. Je voulais juste parler des langues, parce que l’exercice de la version (traduction d’une langue vers le français, exercice pratiqué dans les études supérieures) me fascine. Traduire, c’est le difficile exercice de faire sens, de faire son aussi, de faire résonance. Et c’est toujours imparfait - d'où la fascination pour une quête de perfection imaginaire qui fait sens par son cheminement, et non son aboutissement fictif.)

     

     Pour conclure sur Alice, puisque c’est cool : les jeux de mots sont génialissimes, cette œuvre est impossible à traduire (et c’est pour ça qu’elle a été tant de fois traduite : ça doit être le graal du traducteur !). Donc, si vous voulez profiter des subtilités, prenez une édition bilingue (avec Henri Parisot, le meilleureuh), ou alors au moins une édition avec des notes de traducteur. Vous serez bluffés.


  • Commentaires

    1
    Mercredi 1er Février à 16:52

    « And can the fate be to you favorable ! »

    Wow je suis jamais tombé sur un truc pareil x) Bon par contre c'est pas sur ça que je voulais m'attarder mais sur cette histoire de la version originale d'Alice

    Sortez vos haches: cette oeuvre ne fais absolument pas parti de mon enfance: je ne l'ai jamais lue (en français, mais je vais y venir plus tard), je n'ai pas vu une seule des adaptations en film qui existent etc...

    Seulement je me rappelle l'avoir étudiée en cours de littérature anglaise donc forcément j'ai lu que la version originale et je n'ai jamais compris cette devinette avec le corbeau, du coup j'ai trouvé ça sympathique que tu en ai parlé, ça m'éclaire les choses car on en avait pas parlé à ce moment là ^^"

      • Mercredi 1er Février à 17:05

        C'est juste une devinette que le Chapelier pose à Alice, cela dit, si la théorie sur la solution est intéressante, je ne suis pas certaine de sa validité : c'est aussi intéressant, le fait de poser une devinette qui n'aurait pas de réponse (comme je l'ai dit à Mad Hatter (c'était de lui que je parlais) : c'est un peu comme le contenu du sucrier de VDC dans les Orphelins Baudelaire...), surtout dans un contexte de nonsense où les choses sont justement là parce qu'elles n'ont pas à être là, et où le système entier repose sur l'absurdité des règles (qui sont bien évidemment absolues : faudrait pas les contester... Alice a de sacrés problèmes avec ça, du coup).

        On peut aussi y voir l'idée qu'on peut toujours relier des mots, des objets, des notions. Et ça ferait sens aussi, dans un univers où les flamants roses sont associés à des crosses, un bébé peut se changer en cochon, etc...

        En revanche, avoir lu la version originale d'Alice sans la version française au préalable : chapeau bas ! Tu as réussi à comprendre toutes les subtilités ? :') Et tu as lu De l'Autre Côté du Miroir ? o/

        (Mon dieu, je peux t'épouser ? On parlerait d'Alice matin midi et soir tout en buvant du jus d'orange pressé et en mangeant des trucs trop bons. Dis oui !)

    2
    Mercredi 1er Février à 17:26

    Eh bien non justement, tout comme pour la devinette il y a pas mal de mots et phrases qui restent peu traduisible vraiment en français tout en gardant les subtilités et c'est dommage... Mais dans l’ensemble la version originale est très sympathique et agréable à lire, pour le coup j'irai bien lire la traduction française que tu as conseillée ^^

    Sinon non je n'ai pas lu De l'Autre Coté du Miroir, de peur d'être un peu déçu, c'est souvent le cas lorsque je lis des "suites" mais si tu me le recommande vraiment et bien j'y jetterai un coup d'oeil ^^

    (Hum l'offre est alléchante, je vais y réfléchir...xD)

      • Mercredi 1er Février à 17:46

        En version bilingue (avec les notes du traducteur), ça aide vraiment à saisir les subtilités. Après, ça reste une oeuvre dans sa langue, donc il faut vraiment être imprégné de la langue (et de la culture !!) pour comprendre... En tous cas, je suis admirative :') Pour la tite info, Henri Parisot est le premier traducteur de Lewis Carroll, il l'a faite à l'époque, et c'est vraiment le meilleur (contrairement à Jacques Papy, qui est un autre traducteur d'Alice connu, de l'époque également : mais bordel, il a tout francisé, c'est affreux !). Après, je n'ai pas lu toutes les traductions non plus :')

        Pour De l'Autre Côté du Miroir : c'est vraiment le meilleur. Il est plus subtil encore, y a aucune déception possible :') (et gros bonus de charisme : il n'a pas été [trop] repris à tort et à travers partout !)

        (Sache que je fais du grec ancien (tu en fais aussi, non ?) ! Avec ça comme info dans la balance, y a plus à tergiverser, non ? :°) (Par contre je te préviens : je suis déjà mariée avec pléthore de personnes, faudra accepter de partager !)

    3
    Mercredi 1er Février à 17:51

    Ok tu m'en apprends pas mal, je m'y connaissais rien là dedans et pour le coup j'essayerai de trouver cette traduction. J'espère qu'elle n'est pas difficile à trouver :')

    Tant mieux si c'est le meilleur, mais j'ai entendu dire lors de mes cours que niveau jeux de mots et autres choses du genre intraduisibles en français un peu comme tu l'as dit, c'était pire que le premier x'D

    (oooooooooh quelqu'un d'autres qui fait du grec ancien -enfin j'en fais de mon côté vu que je ne suis plus en littéraire-; et t'inquiètes j'ai également beaucoup d'époux et d'épouses à mon actif donc bon xD)

      • Mercredi 1er Février à 17:59

        C'est l'une des traductions les plus courantes, t'en fais pas :') (elle est libre de droit, donc :B)

        Hanw, un littéraire qui a dévié ?! Reviens parmi nouuus ! (Tu avais un bon level en grec ancien ? Parce que je suis un peu en galère en ce moment :'))

      • Mercredi 1er Février à 18:03

        Ah ok je pensais que comme c'était la toute première, ça serait un peu galère à trouver donc ça me rassure

        Je peux paaaaaas j'avais des notes catastrophiques sauf en grec ancien et en littérature anglaise justement x'D (par contre je sais pas si je saurai vraiment t'aider, ça fait un bail que j'ai pas relu mes cours vu que c'est pas nécessaire en ce moment...)

      • Mercredi 1er Février à 18:10

        Meuuuuh !! Je t'aurais aidé en litté et en philo, et TVB ! è_é

        A vrai dire, faut que je me mette à maîtriser sur le bout des doigts les déclinaisons et les conjugaisons et le vocabulaire (parce qu'on fait des versions sans dico), donc bon, c'est à moi de bosser :') Mais genre, si j'ai des questions ou des doutes, ça peut être rassurant de savoir que j'ai quelqu'un vers qui me tourner :° (Tu avais quelle grammaire ? ;_; )

      • Mercredi 1er Février à 18:14

        Nan mais même, j'avais un ami qui m'aidait mais mes notes étaient nazes quand même xD Et puis surtout je savais pas quoi faire après ce bac du coup je suis parti loin, très loin..............

        Uuurgl sans dico, dur x'D

        Honnêtement je sais pas à ta combientième année tu en est, mais en tout cas on a fais de tout niveau langue (j'me rappelle avoir eu du mal avec l'aoriste x'D)

      • Mercredi 1er Février à 18:23

        On peut tout faire après un bac L ! è_é sauf médecine :°

        J'en suis à ma première année, mais à la fin de l'année on doit avoir rattrapé les confirmés (donc ceux qui en font depuis potentiellement 7 ans), du coup on voit toute la grammaire en accéléré. Dans moins d'un an et demi je passe un concours avec une version de 6h sans dico :') Du coup voilà. C'est un peu chaud (et oui là on est à l'aoriste passif u_u Bientôt l'optatif et le subjonctif, youhouh.)

      • Mercredi 1er Février à 18:27

        Ouais mais j'ai pris la solution facile pour atteindre le métier que j'aimerai faire, au moins fini les dissert pendant 4 heures et autres trucs stressants x'D

        Oulà nan moi je n'en ai fait "que" pendant 5 ans du coup optatif et subjonctif j'ai pas vu ça (heureusement, ça me fais peur rien que de l'entendre); j'avoue qu'en première L j'étais avec d'autres gens qui venait de commencer et c'était pareil, ils devaient avoir rattrapé tout super vite o_O

      • Mercredi 1er Février à 19:28
        Rah e.e Traître à la L :') Tu veux faire quoi plus tard ? o/

        En vrai c'est faisable de rattraper (on fait ça aussi en latin) si tu bosses bien, mais bon, dès que tu décroches une fois tu rames après :') (C'est là que tu te rends compte qu'au lycée tu bossais hyper- lentement :'))
      • Mercredi 1er Février à 19:30

        Je veux être modéliste: c'est quelqu'un qui travaille pour un styliste, il reçoit les croquis de ce dernier et fait les patrons des vêtements par informatique

        Beeeen c'est faisable de rattraper quand ça te plait, j'ai envie de dire (doux souvenir de mon année où je suis arrivé en mode et que j'ai du rattraper en deux mois ce que d'autres ont fait en un an...)

      • Mercredi 1er Février à 19:43
        Hanw c'est cool ça ! Et t'as ton mot à dire dans la conception ? Y a possibilité que tu crées des trucs en les modélisant directement sur ordi (genre, tes propres trucs) ?
        (T'es en quelle filière du coup ?)
      • Mercredi 1er Février à 19:49

        Non en général le modéliste doit suivre à la lettre toutes les indications données par le styliste, il ne doit pas prendre des libertés-

        Mais bon en dehors du boulot il y a toujours moyen de faire des choses pour soi même; enfin je préfère l'informatique à la fabrication de vêtement (avis personnel)

        Je suis pas vraiment dans une "filière"; je suis en bac pro mode, mais il est plsu correct de parler d'industrie du textile, on est pas formés pour être des stylistes ou costumier par exemple, mais ça me plait :D

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :