• Tuto politique (1)

     Dans ce formidable article où je racontais ma vie d'avant (quand je n'étais pas encore tout à fait obsédée par la politique), je vous expliquais comment j'ai fini par comprendre que la politique, c'était important. Si j'ai bonne mémoire, je vous ai même pondu un petit laïus comme je sais si bien les faire, pour vous dire que qui que vous soyez, ça vous concerne aussi.

     (Oui oui, même toi là, qui n'auras 18 ans que le 8 mai et qui ne pourras donc pas voter. Même toi qui t'en fous de l'âge de la retraite parce que tu espères bien crever jeune. Même toi qui comprends rien à l'économie puis même que c'est que des foutaises. Même toi qui vis quasiment en autarcie dans ton coin sans aucun échange avec l'extérieur, à part le facteur, puis l'électricien, puis que t'as des impôts à payer. Même toi qui as décidé que dès que tu le peux, tu te casses dans un autre pays parce que la France c'est que de la merde. Vous tous, vous êtes concernés, d'une façon ou d'une autre.)

     

     Bon. Je sais que c'est pas facile, de s'y mettre, à la politique. Et comme je vous avais parlé d'un « tuto politique » dans mon article, finalement, je me suis dit que j'allais le faire (au moins celui-ci). Comment s'initier à la politique ?

     Et surtout : comment s'initier à la politique sans devenir absolument têtu, stupide, aigri, ou, pire, déprimé ?

     

     Sortez vos cahiers, et commencez par noter ce principe premier : en politique, toute idée a des aspects positifs, et des aspects négatifs. Vraiment, j'insiste. Si vous ne pouvez pas vous y résoudre, passez votre chemin. Sinon, entraînez-vous à considérer toute idée dans les deux sens (un indice : dans plus de la moitié des cas, l'aspect négatif d'une idée qui a l'air chouette, ou l'aspect positif d'une idée qui a l'air nulle, c'est l'impact économique).

     Oui mais euh, Décaféine, y a des limites à tout quand même ! Tu vas pas me dire que la dictature c'est positif ? (Oui, je dialogue avec moi-même pour anticiper vos conneries. Voyez, là, j'anticipe votre réaction. J'ai un talent en divination, c'est fou.) Eh bien, Mesdames et Messieurs, la dictature c'est un régime extrêmement efficace pour appliquer des idées. Mao a ainsi réussi à faire que les paysans chinois, au lieu de cultiver leur riz, passent leurs journées à jouer des cymbales pour que les oiseaux osent jamais se poser nulle part et qu'ils crèvent (au lieu de manger les récoltes). Et figurez-vous que ça a marché, chose qui ne serait jamais arrivé dans un pays démocratique comme la France où on se serait mis en grève illico. (Cela dit, une fois les oiseaux crevés, y avait plus de récolte du tout vu qu'ils avaient pas pu cultiver. 50 millions de morts à cause de la famine, rien que ça. Mais au moins y avait plus d'oiseaux !) Donc la démocratie, c'est beaucoup moins efficace, et ça c'est pas cool : mais en contrepartie, on peut donner son avis et compter un peu, et y a pas de dictature, et on peut cultiver son riz tranquille. A bien y réfléchir, je vous avoue avoir un léger faible pour la démocratie. Mais bon, c'était intéressant de remettre en question mon idée préconçue sur le sujet, pour voir si elle était vraiment légitime, non ?

     

      Maintenant que vous avez assimilé la leçon n°1, vous pouvez vous lancer dans un exercice pratique : lire les programmes, et à la source s'il vous plait. Les médias font des résumés plutôt pas mal, mais c'est toujours mieux de vérifier par soi-même (et on ne peut pas parler de politique sans prendre parti d'une façon ou d'une autre, rentrez-vous ça dans le crâne : c'est le seul point où je ne transigerai pas (ça, et le fait que les patates c'est trop bon)). Choisissez quelques candidats, parmi ceux que vous connaissez, ou que vous ne connaissez pas, et feuilletez le programme. C'est assez rebutant comme exercice, alors pour commencer, vous pouvez vous cantonner aux domaines que vous connaissez ou qui vous parlent, comme l'éducation, par exemple. Faites des comparaisons entre candidats pour voir ce que les uns et les autres disent... ou ne disent pas. Ce qui n'est pas dit est tout aussi révélateur que ce qui est dit : quand Hamon, par exemple, ne dit pas un mot de la réforme du collège que la plupart des candidats prévoient de supprimer, ça veut dire qu'il veut la maintenir. Et ça, on ne s'en rend pas compte si on n'y pense pas.

     Dès qu'il y a quelque chose que vous ne comprenez pas bien, un mot, une expression, une idée, faites des recherches pour voir ce que ça veut dire, et aussi ce que différents personnes ou médias en pensent : comme ça, en même temps, vous cernerez mieux le fonctionnement actuel des choses. (A titre indicatif, jusqu'à récemment je ne savais pas ce qu'était un EHPAD, ou en quoi consistait vraiment le CICE.) Dès que vous avez un doute, renseignez-vous. Vous verrez, vous en apprendrez énormément sur la France actuelle en lisant les programmes des candidats sur la France de demain ; en outre, c'est beaucoup plus simple de s'initier à la politique en ce moment, maintenant que tout le monde en parle, que des comparatifs de programme sont disponibles partout, que le changement est sur le point de se faire et qu'on vous le présente, que lors d'une période lambda. Parce qu'en ce moment, on vous explique tout. Et tout est à portée de main. Alors que plus tard, pour suivre les affaires politiques en cours (je ne parle pas uniquement des affaires judiciaires, n'en déplaise au bon goût vestimentaire de Fillon), vous devrez trouver leurs antécédents tout seuls et tout le bordel.

     

     Enfin, et je pense conclure sur ce dernier point : posez-vous des questions sur tout. C'est un peu le principe de ce que je vous expose depuis le début, mais je préfère revenir dessus. Remettez en cause toute idée qui vous semble bonne, défendez pour vous-même toute idée qui vous semble mauvaise. Questionnez la légitimité et l'utilité de chaque idée, mais intéressez-vous aussi aux motifs qui ont poussé les gens à avoir ces idées (et le motif d'une idée n'est pas la même chose que son but), et à toutes les conséquences que pourraient avoir ces idées (tout en prenant en compte que les conséquences d'une peuvent être estimées différemment selon les points de vue ; par exemple, d'un économiste à l'autre, le programme de Jean-Luc Mélenchon peut être totalement irréaliste comme carrément viable). Demandez-vous sincèrement pourquoi telle idée vous plaît, pourquoi telle autre vous déplaît. Je vous assure que j'ai eu des surprises.

     

     Bon, et il y aurait encore, au bas mot, 357 choses à dire (celui qui trouve la référence de ce nombre, il gagne une place dans mon gouvernement, pour quand je serai présidente), mais j'ai encore tout un tas d'exos de grec à finir, et puis, pour commencer, je voulais juste donner les bases. Vraiment, la politique, c'est important. Si vous avez des questions sur n'importe quel sujet, si vous voulez donner votre avis ou débattre, hésitez pas dans les commentaires, je tâcherai de vous répondre si j'en ai le temps (ce qui risque d'être délicat, mais je ferai de mon mieux).

    Et si ça vous plait, je veux bien faire une suite d'ici la fin de la semaine.


  • Commentaires

    1
    Mardi 18 Avril à 17:38

    Alors... Je suis d'accord avec toi sur pas mal de points mais juste, par exemple, le programme d'Asselineau fait 181 pages de PDF et il y a des références à la constitution toutes les trente secondes dans ce que j'ai lu...

    La politique, c'est important, même quand on ne peut pas voter. J'ai treize ans, et je ne pourrai voter qu'aux prochaines élections présidentielles, mais je m'intéresse quand même à la politique parce que, comme ça,  je connais les dangers qui me menacent directement si Machin-Bidule est élu(e) et je peux en parler avec d'autres personnes et exposer mon point de vue autrement qu'en disant : " Ah bah tiens, je vais voter pour Bidule parce qu'il a une bonne tête et qu'il est à gauche/à droite et que Maman a dit qu'elle voterait pour lui. "

     

      • Mardi 18 Avril à 23:24

        Certains sont plus longs que d'autres, en effet. (Et Asselineau est assez monomaniaque qui plus est, et c'est d'autant plus désagréable quand on est pro-Europe :°) Ceux qui sont assez concis -> Macron (20 double-pages avec la page de gauche destinée aux grandes idées et directions politiques, la page de droit aux propositions concrètes), Lassalle (le seul, me semble-t-il, à avoir chiffré exactement ce que coûterait ou rapporterait chaque mesure)... Sinon, y a les 144 engagements de Le Pen ou le programme de Mélenchon qui se décline en tout un tas de livrets thématiques, ça c'est sympa si on veut pas tout lire. (Oui, bon, c'est partial, mais c'est ceux qui ont été les plus agréables à ficher.)

        Si tu es contre Le Pen, je te recommanderais de commencer par là : pas mal de gens pro-Le Pen n'ayant pas pris cette peine, tu leur dameras le pion en les coinçant sur leurs failles (ce qui est extrêmement satisfaisant). (Non, et surtout, ça permet de se confronter vraiment aux trucs désagréables :'))

        Etant donné les polémiques sur les bords de certains candidats (Macron pour ne pas le citer, que tous mes potes à gauche placent à droite, et que les rares gens de droite que je connais déclarent être à gauche), et la perméabilité qu'il y a entre les extrêmes opposés (on a sûrement dû vous parler de l'eurosceptiscisme commun à Le Pen et Mélenchon, ou des mesures sociales que Le Pen a distillées dans son programme...), je pense que pour ces élections, être d'un bord ou d'un autre ne détermine plus le choix du candidat (certains dégoûtés des affaires de Fillon pourront se tourner vers l'extrême-droite comme vers le centre, voire... Mélenchon, pour le "dégagisme" qu'il prône !) : donc être de droite ou de gauche, pas vraiment un argument quand on essaie de se faire sa culture politique... Il faut se frotter aux propositions directement, je suis d'accord avec toi !

         

        (Accessoirement, j'ai reçu mon enveloppe électorale, avec les professions de foi (les feuilles des candidats avec le résumé de leur programme). Si tes parents aussi, tu peux leur piquer, c'est intéressant de voir les résumés. Même si j'ai trouvé que pour certains, c'était pas très représentatif...)

    2
    Mercredi 27 Septembre à 18:56

    Alors, déjà : j'ai pas relu, donc fais pas attention si y'a des fautes ^^"

    Enfin un article politique intéressant et bien construit. Et impartial autant que possible, qui plus est. Je savais déjà les trois quarts au moins de ce que tu racontais, je rebondis juste sur le fait qu'il faut faire attention à ce que les politiciens disent et surtout ce qu'ils ne disent pas. Dans mon point de vue (qui rejoint le tien), je traduis ça en "ils ne racontent que ceux qu'ils veulent, et ils ne disent la vérité uniquement quand ça les arrange".

    De plus, on constate que les gens qui votent FN ne se donnent même pas la peine de lire le programme. Ils se contentent juste de dire "les Français c'est les gentils et les Rebeus c'est les méchants" beh non c'est plus compliqué que ça.

    Personnellement, cette année j'ai voté au premier tour, mais j'ai été tellement blasé que j'ai même pas pris la peine de me déplacer au second tour. Bon, en fait si, mais j'ai mis un papier noir dans l'urne. Sans déconner, pour un pays qui a vécu trouze mille attentats, les élections de cette années étaient lamentable. Je vais être partial l'espace de la fin de ce paragraphe : je déteste le FN et je méprise ses partisans, surtout quand ils ne se donnent même pas la peine de lire le programme. Oui, mais voilà, faire barrage au FN c'est bien joli, mais si c'est pour avoir un François Hollande v2.017 moi je dis non.

    D'ailleurs Macron a promos de faire monter l'AAH de 100 euros et il a promis que ce serait la première chose qu'il ferait, beh j'attends encore. Déjà que depuis qu'il est au pouvoir la moitié de mes potes sont au chômage à cause du gel des contrats aidés... Et bon, ça a beau être mes potes, moi je suis pas une banque...

    Pour rebondir sur "la France c'est de la merde", voici mon avis : oui, la France c'est de la merde ! La culture Française est correcte, mais la mentalité Française est extrêmement agaçante. Quel gâchis. J'envisageais d'aller en Finlande à une époque. Là-bas, la politique est plus agréable à aborder.

    Niveau économie, attention je risque de te faire grincer des dents et tu risques de me taxer de néo-nazi : je sais ce que c'est qu'une chaine de Ponzi et j'ai décidé de ne pas donner la vie. D'abord je n'aime pas les enfants, je ne sais pas m'en occuper, je n'ai pas la patience pour ça. De plus, niveau économique, enfanter à tire-larigot pose de graves problèmes, pas au niveau politique, mais au niveau démographique. Plus de bouches à nourrir, moins de ressources et de travail pour tout le monde et donc plus de misère et de famine. Oui je sais c'est très réducteur mais à grande échelle ça va très vite. Et le jour où il y aura une guerre, he beh il y aura une guerre et elle risque de faire mal. Toute la puissance de feu de la WWII au total est ridicule par rapport à la puissance de feu mondiale actuelle. (Je te donne pas le chiffre, tu risques d'avoir peur).

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :