• L'herbe est plus verte ailleurs

     Aujourd'hui (ou plutôt hier, vu l'heure), en traversant un parc, je me suis rendu compte que c'était en fait parfaitement logique que l'herbe nous apparaisse comme plus verte ailleurs. Comme c'est quelque chose dont il me semble que les gens s'étonnent toujours, voici la petite explication :

     

     Il se trouve que les brins d'herbe poussent de façon inégale sur le sol, ce qui est facilement constatable quand on regarde l'herbe à ses pieds et qu'on distingue par morceaux la terre en-dessous.

     Mais il se trouve aussi que les brins d'herbe ont une hauteur non-négligeable (au moins quelques centimètres) ainsi qu'une surface moins fine qu'il n'y paraît (au moins quelques millimètres de large). Pour la vue, un brin d'herbe couvre donc beaucoup plus de terre que ce n'est en réalité le cas (puisque la superficie du brin d'herbe est très largement supérieure à l'aire de contact avec la terre).

     Cette illusion est accentuée par deux choses, à savoir le port de tête des brins d'herbe (ils sont légèrement penchés les uns sur les autres), et leur multitude (ils sont foule et foule). Par conséquent, de loin, et quand on regarde une surface de terre depuis un angle inférieur à 90° (qui est le seul angle nous permettant de voir exactement de quelle superficie de terre jaillissent les brins d'herbe), on a l'impression qu'il y a beaucoup plus de brins d'herbe qu'il n'y en a en fait.

     

     Donc, quand on regarde ailleurs, l'herbe nous semble plus verte, puisque la disposition des brins d'herbe fait qu'ils masquent les petits coins où la terre est nue. Alors que quand on regarde là où on est, on est bien placés pour voir qu'il n'y a pas d'herbe partout dans notre coin à nous. Et c'est pour ça que l'herbe paraît toujours plus verte ailleurs que là où on pique-nique. Mais ça ne veut rien dire : c'est juste une question de mathématiques, de physique et d'optique.

     Alors, comme maintenant vous savez que c'est une illusion d'optique, il faut apprendre à ne pas vous en formaliser, et à vous asseoir au premier coin d'herbe que vous trouvez. De toute façon, si la terre vous gêne vraiment, vous pouvez toujours essayer de squatter le manteau de votre voisin.

    « Fraîcheur d'une nuit printanièrePourquoi le féminisme n'est pas une évidence »

  • Commentaires

    1
    Samedi 28 Avril à 19:58

    C'est joliment écrit, ça m'a fait sourire :) (enfin quelqu'un qui se pose de vraies questions) 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :