• Apprenez la perfection avec Ron Padgett

     C'est rigolo, Padgett, ça fait, genre, Inspecteur Gadget.

     

     Pour tous ceux qui rêvent de devenir parfait, ou n'osent plus espérer que la recette miracle existe, si si, elle existe, et la voici :

    (C'est un poème de Ron Padgett, et je le laisse en anglais, mais en cherchant sur Google, les plus anglophobes d'entre vous devriez pouvoir trouver une traduction. Deal with it.)

     

    __________

     

    How to Be Perfect

    By Ron Padgett (Collected Poems)

     

    Everything is perfect, dear friend.
    —KEROUAC

    Get some sleep.

    Don't give advice.

    Take care of your teeth and gums.

    Don't be afraid of anything beyond your control. Don't be afraid, for
    instance, that the building will collapse as you sleep, or that someone
    you love will suddenly drop dead.

    Eat an orange every morning.

    Be friendly. It will help make you happy.

    Raise your pulse rate to 120 beats per minute for 20 straight minutes
    four or five times a week doing anything you enjoy.

    Hope for everything. Expect nothing.

    Take care of things close to home first. Straighten up your room
    before you save the world. Then save the world.

    Know that the desire to be perfect is probably the veiled expression
    of another desire—to be loved, perhaps, or not to die.

    Make eye contact with a tree.

    Be skeptical about all opinions, but try to see some value in each of
    them.

    Dress in a way that pleases both you and those around you.

    Do not speak quickly.

    Learn something every day. (Dzien dobre!)

    Be nice to people before they have a chance to behave badly.

    Don't stay angry about anything for more than a week, but don't
    forget what made you angry. Hold your anger out at arm's length
    and look at it, as if it were a glass ball. Then add it to your glass ball
    collection.

    Be loyal.

    Wear comfortable shoes.

    Design your activities so that they show a pleasing balance
    and variety.

    Be kind to old people, even when they are obnoxious. When you
    become old, be kind to young people. Do not throw your cane at
    them when they call you Grandpa. They are your grandchildren!

    Live with an animal.

    Do not spend too much time with large groups of people.

    If you need help, ask for it.

    Cultivate good posture until it becomes natural.

    If someone murders your child, get a shotgun and blow his head off.

    Plan your day so you never have to rush.

    Show your appreciation to people who do things for you, even if you
    have paid them, even if they do favors you don't want.

    Do not waste money you could be giving to those who need it.

    Expect society to be defective. Then weep when you find that it is far
    more defective than you imagined.

    When you borrow something, return it in an even better condition.

    As much as possible, use wooden objects instead of plastic or metal
    ones.

    Look at that bird over there.

    After dinner, wash the dishes.

    Calm down.

    Visit foreign countries, except those whose inhabitants have
    expressed a desire to kill you.

    Don't expect your children to love you, so they can, if they want to.

    Meditate on the spiritual. Then go a little further, if you feel like it.
    What is out (in) there?

    Sing, every once in a while.

    Be on time, but if you are late do not give a detailed and lengthy
    excuse.

    Don't be too self-critical or too self-congratulatory.

    Don't think that progress exists. It doesn't.

    Walk upstairs.

    Do not practice cannibalism.

    Imagine what you would like to see happen, and then don't do
    anything to make it impossible.

    Take your phone off the hook at least twice a week.

    Keep your windows clean.

    Extirpate all traces of personal ambitiousness.

    Don't use the word extirpate too often.

    Forgive your country every once in a while. If that is not possible, go
    to another one.

    If you feel tired, rest.

    Grow something.

    Do not wander through train stations muttering, "We're all going to
    die!"

    Count among your true friends people of various stations of life.

    Appreciate simple pleasures, such as the pleasure of chewing, the
    pleasure of warm water running down your back, the pleasure of a
    cool breeze, the pleasure of falling asleep.

    Do not exclaim, "Isn't technology wonderful!"

    Learn how to stretch your muscles. Stretch them every day.

    Don't be depressed about growing older. It will make you feel even
    older. Which is depressing.

    Do one thing at a time.

    If you burn your finger, put it in cold water immediately. If you bang
    your finger with a hammer, hold your hand in the air for twenty
    minutes. You will be surprised by the curative powers of coldness and
    gravity.

    Learn how to whistle at earsplitting volume.

    Be calm in a crisis. The more critical the situation, the calmer you
    should be.

    Enjoy sex, but don't become obsessed with it. Except for brief periods
    in your adolescence, youth, middle age, and old age.

    Contemplate everything's opposite.

    If you're struck with the fear that you've swum out too far in the
    ocean, turn around and go back to the lifeboat.

    Keep your childish self alive.

    Answer letters promptly. Use attractive stamps, like the one with a
    tornado on it.

    Cry every once in a while, but only when alone. Then appreciate
    how much better you feel. Don't be embarrassed about feeling better.

    Do not inhale smoke.

    Take a deep breath.

    Do not smart off to a policeman.

    Do not step off the curb until you can walk all the way across the
    street. From the curb you can study the pedestrians who are trapped
    in the middle of the crazed and roaring traffic.

    Be good.

    Walk down different streets.

    Backwards.

    Remember beauty, which exists, and truth, which does not. Notice
    that the idea of truth is just as powerful as the idea of beauty.

    Stay out of jail.

    In later life, become a mystic.

    Use Colgate toothpaste in the new Tartar Control formula.

    Visit friends and acquaintances in the hospital. When you feel it is
    time to leave, do so.

    Be honest with yourself, diplomatic with others.

    Do not go crazy a lot. It's a waste of time.

    Read and reread great books.

    Dig a hole with a shovel.

    In winter, before you go to bed, humidify your bedroom.

    Know that the only perfect things are a 300 game in bowling and a
    27-batter, 27-out game in baseball.

    Drink plenty of water. When asked what you would like to drink,
    say, "Water, please."

    Ask "Where is the loo?" but not "Where can I urinate?"

    Be kind to physical objects.

    Beginning at age forty, get a complete "physical" every few years
    from a doctor you trust and feel comfortable with.

    Don't read the newspaper more than once a year.

    Learn how to say "hello," "thank you," and "chopsticks"
    in Mandarin.

    Belch and fart, but quietly.

    Be especially cordial to foreigners.

    See shadow puppet plays and imagine that you are one of the
    characters. Or all of them.

    Take out the trash.

    Love life.

    Use exact change.

    When there's shooting in the street, don't go near the window.

    « De l'intérêt des émoticônes38 secondes par jour »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 9 Mars à 01:15

    Plus qu'à imprimer ça, et à cocher les cases que vous remplissez ;)

    2
    Jeudi 22 Mars à 20:03

    Ohmondieuh qu'est-ce que ? Je me sentais bien avant de lire ça, éo. :') Rendez-moi mon estime de moi-même ! 

      • Jeudi 22 Mars à 23:26

        Mais D: Y a pas mal de choses faciles, non ? ;_; (Je mange une orange tous les matins ! o/)

      • Jeudi 22 Mars à 23:35

        Je ne donne pas de conseils (?)

        (Et je ne suis pas cannibale. Mais le reste...)

      • Vendredi 23 Mars à 00:13

        Investis dans du dentifrice Colgate ? (J'étais une adepte de Signal B, mais je devrais peut-être me convertir aussi : après tout, la perfection, ça n'a pas de prix...)

      • Vendredi 23 Mars à 00:47

        Tssss, je reste sur le sensodyne.

      • Vendredi 23 Mars à 09:41

        (Je ne connaissais même pas cette marque de dentifrice...)

        Dans ce cas, je te conseille d'arrêter de te balader dans des gares en marmonnant Nous allons tous mourir, c'est anxiogène pour les gens autour !

      • Vendredi 23 Mars à 09:50

        Flûte, ça fait partie des choses que je fais vraiment. :'( Je chante l'internationale aussi !

      • Vendredi 23 Mars à 23:40

        Sing every once in a while.

        Du coup tu peux ajouter ça à ta liste ! La vie n'est-elle pas merveilleuse ? :')

    3
    Samedi 24 Mars à 09:18

    Oh, c'est vrai. Mais je croyais qu'entendre "DEBOUUUUUUT LES FORÇAAAAATS DE LA FAIIIIIM" sans y être préparé était un peu anxiogène. Et le reste des chansons que je fredonne... d'Il n'y a pas d'amour heureux au Gauchisme à la mode, je crois avoir ruiné du moral dans les transports en commun haha. (J'ai clamé aimer les gens qui doutent, m'absolvez-vous ?)

    Je ne suis pas encore allée en prison non plus, mais si mon ancien prof de philo continue sa contrebande d'élèves je risque de finir dans un cachot en Érythrée moi. :/

      • Samedi 24 Mars à 23:09

        Ah, Il n'y a pas d'amour heureux... C'est comme pour El Desdichado, il fait partie des poèmes qui reviennent éternellement faire entendre leurs échos dans ma tête. Il y a des soirs où je les réciterais mille fois si je le pouvais...

        Mais du coup, comme pour tous les poèmes que je connais, je n'ai jamais osé écouter la chanson. Trop peur que la musique l'emporte sur la nudité des mots dans ma tête...

      • Samedi 24 Mars à 23:24

        Ah, Nerval. <3

      • Dimanche 25 Mars à 21:47

        Une connaisseuse ! Un préféré de lui ? ;)

      • Dimanche 25 Mars à 21:54

        J'avoue le trouver très bon prosateur, et ses Filles du feu me charment plus que tout. "Sylvie" est une véritable madeleine*. ^-^ (Ses divagations sur les homards sont charmantes, néanmoins.) Me fais penser que la bande dessinée sur sa vie a l'air fichtrement chouette.

        (*Mais elle s'appelle pas Madeleine c'est Sylvie. Keskel dit.)

    4
    Samedi 24 Mars à 17:12

    Bien le bonjour!

    -Veuillez noter que chacune des injonctions de ce poème n'est pas un conseil, mais un ordre.

    Bon, par contre, j'ai du boulot (trouver des oranges, par exemple)...

      • Samedi 24 Mars à 23:57

        Hurm, j'étais justement d'avis contraire. (Ne serait-ce que pour le point n°2 et l'autodérision quasi-constante dans le poème.)

      • Dimanche 25 Mars à 00:00

        C'était justement par rapport au point 2 que je disais cela: chaque vers est formulé à l'impératif, ainsi justement le conseil n'est pas un conseil et on ne peut pas reprocher au poème d'être incohérent à cause de ce vers.
        (après, on peut justement prendre cela à l'envers et partir du principe que c'est incohérent par auto-dérision, mais ça me plaisait moins .-.)

      • Dimanche 25 Mars à 21:46

        L'impératif ne signifie pas nécessairement qu'il s'agit d'un ordre (il peut aussi s'agir de défense, d'exhortation, de supplication, de souhait... ou de conseil !). Je pense que le poème ne perd pas en cohérence à cause des conseils, au contraire : ne serait-ce que parce que Ron Padgett ne prétend pas être parfait (et il utilise peut-être tout le temps le verbe extirper !). Et puis, il s'agit aussi de savoir lire le poème au 2d degré (même si certains conseils sont réfléchis et qu'il serait vraiment bien de les appliquer) et d'en voir toute l'autodérision (non, l'autodérision ne crée pas d'incohérence, au contraire, je trouve le poème très fidèle au ton (parfois humoristique) qu'il se donne) : la littérature, c'est bien ce qui ne se lit pas que littéralement ^-^

      • Dimanche 25 Mars à 22:18

        En fait, il me semble que des formules existent pour décliner justement s'il s'agit d'un conseil, d'une supplication ou d'un souhait (surtout en français. Ma notion du langage est peut-être trop réglée pour s'appliquer à la réalité?). Par exemple, pour différencier un conseil d'un ordre, à l'écrit en tout cas la structure de la phrase est importante, et comme son nom l'indique, l'impératif sert à différencier ce qui est nécessaire de ce qui ne l'est pas, et par là ordonne ou enjoint, sans laisser trop de marge de manoeuvre. Il est cependant vrai qu'à l'oral le sens de l'impératif peut être détourné. En ce qui concerne la défense, si tu parles d'une interdiction: je te défends de faire ceci/ne fais pas ça, la seconde formule est toujours un ordre (négatif, mais un ordre).
        Du coup il me semble que placer en seconde position "ne donnez pas de conseils" pour le coup marque une incohérence en soi s'il s'agit d'un conseil et non d'un autre type de phrase.
        D'autre part, dans la vie quand quelqu'un me suggère quelque chose à faire, l'effet n'est pas le même si la personne me dit "fais ceci" plutôt que "tu devrais faire ceci" ou quelque chose de semblable. La première phrase a beaucoup plus la tournure de quelque chose d'obligatoire.
        Note que pour pouvoir dire qui est parfait et qui ne l'est pas, et ce qu'il faut faire pour être parfait.e, il faut avoir une bonne notion de la perfection. Or, la perfection est subjective d'une part, et d'autre part il me semble que l'opinion selon laquelle elle n'existe pas est la plus répandue. En fait, là où je veux en venir, c'est cette question: si l'on n'est pas parfait.e.s, qui sommes-nous pour dire ce qu'est la perfection et comment l'atteindre? C'est là que repose l'autodérision et la relativité du poème, et pas dans le second vers uniquement, mais bien dans le but qu'il se propose. Le fait de donner ou non des conseils est secondaire par rapport à l'ensemble et à son sens propre.
        L'autre axe du paragraphe précédent, c'est la subjectivité de la notion de perfection: après tout, on peut très bien n'être pas d'accord. C'est alors discuter la substance même du texte, et c'est aussi quelque chose à quoi l'on peut s'attendre puisqu'au fond, et si pour untel la personne parfaite n'était pas justement celle qui ne donne pas de conseils, mais justement celle qui en donne? Car le conseil a le mérite de proposer une solution, même s'il n'est pas forcément bienvenu (c'est là tout l'art de donner des conseils, mais je digresse), que l'on peut examiner.
        [Entre nous, j'aime beaucoup le verbe extirper. Je n'ai juste pas souvent l'occasion de l'employer.]
        Ce sont là deux voies de lectures différentes: quand on voit la teneur de certains vers, il est évidemment impossible de prendre le poème au pied de la lettre (utiliser la marque de dentifrice Colgate, par exemple, entre autres). Mais le lire au premier degré et sérieusement amène à ce genre de réflexion qu'on n'a pas quand on le prend immédiatement au second, ce qui peut être d'un certain intérêt (ou pas. Je suis très ennuyeux quand je veux).
        (Cependant, on peut être incohérent par auto-dérision, et si je devais prendre le second vers comme un conseil et non comme une injonction, c'est exactement comme ça que je l'interprèterais. N'est-il pas incohérent de conseiller de ne pas donner de conseils? Cela veut dire qu'on n'applique pas ses propres conseils, comment peut-on savoir si d'autres vont nous écouter? Et quelle légitimité a-t-on alors à en donner? Suis-je encore coincé dans une lecture sérieuse? La suite au prochain épisode).

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :